Revue de Milieu d’Année 2023

Dans le cadre de la politique de transparence prônée par le Ministère de l’Economie et des Finances, une « Revue de Milieu d’Année » présentant une vision synthétique de l’exécution budgétaire de l’État est élaborée et publiée au terme de chaque premier semestre de l’année.

L’objectif est de permettre au grand public et aux acteurs concernés par la situation économique et budgétaire de Madagascar, de se tenir informés de l’évolution de la situation des Finances Publiques Malagasy.

La présente Revue de Milieu d’Année est rattachée à l’exercice 2023. Elle offre un aperçu succinct de l’évolution de l’économie nationale et de l’exécution budgétaire au cours des six premiers mois.

Rappelons que la Loi de Finances de l’année 2023 a prévu une croissance économique de 4,9%. Cette croissance devait être essentiellement soutenue par :

  • la mise en œuvre des investissements dans les secteurs productifs et les secteurs sociaux (projets d’aménagement et d’irrigation de périmètres agricoles, développement de l’accès à l’eau potable, etc.) ;
  • la poursuite des actions permettant de réduire la dépendance à l’importation ;
  • la construction et la réhabilitation des infrastructures de transport et de communication ;
  • le développement de l’offre d’énergie instaurant un environnement plus favorable aux investissements privés ;
  • la mise en vigueur du nouveau Code minier qui devrait permettre de soutenir un regain d’activités et d’attirer de nouveaux investisseurs sur le moyen terme…

Au cours de la première période 2023, l’Administration publique a dû faire face à quelques obstacles contextuels, à l’instar de la baisse de 769,4 milliards d’Ariary de la base monétaire, de la hausse de 4,9 % de l’Indice des Prix à la Consommation depuis le début de l’année qui pourrait laisser présager un taux d’inflation atteignant les 10% à la fin de l’année, du recul de 20% des exportations de biens et de la diminution des importations de 13,5 %.

Néanmoins, l’exécution budgétaire d’une manière générale, a connu une amélioration par rapport à l’exercice précédent. En effet, le premier semestre a été marqué par une meilleure exécution des recettes car celles-ci ont atteint les 3 701,8 milliards d’Ariary en fin juin, soit 40,2% de l’objectif annuel et 6,6 % de plus par rapport à la même période en 2022.

La Direction Générale des Impôts a affiché un taux d’exécution de 119,34 %, avec des recettes atteignant les 484,1 milliards d’Ariary contre une prévision de 405,7 milliards d’Ariary. Par ailleurs, en dépit des conjonctures internationales et nationales assez complexes, les recettes douanières collectées sont à hauteur de 1 682 milliards d’Ariary si celles-ci étaient de 1 547,5 milliards d’Ariary à la même période en 2022.

En outre, les dépenses totales engagées se chiffrent à 8 486,9 milliards d’Ariary, correspondant à un taux d’engagement global de 55,2%. Les dépenses de fonctionnement ont enregistré un rythme d’exécution sans précédent pour un premier semestre, soit un taux d’exécution de 60% et les dépenses d’investissement sur Financement interne sont passées de 3% à la même période en 2022 à 11% en 2023.

La présente Revue a la particularité d’offrir une analyse détaillée des dépenses de l’Etat par rubrique, par secteur, par Région et même suivant la classification fonctionnelle qui permet, entre autres, de mieux mettre en exergue les grandes catégories de dépenses suivant leur nature.

L’élaboration de ce document a été préparée avec le concours des départements internes et externes au Ministère de l’Economie et des Finances à qui j’adresse mes vifs remerciements.

 

Voir le document